Comment vaincre le syndrome de la page blanche

Comment vaincre le syndrome de la page blanche

Je vous présente une technique qui a fait ses preuves et qui saura vous aider : l’écriture libre (ou «freewriting»). Avec les restrictions actuelles dues à la COVID-19, vous avez sans doute moins d’inspiration pour rédiger qu’auparavant. Vous êtes peut-être même angoissé juste à l’idée de commencer la rédaction d’un texte. J’ai personnellement essayé l’écriture libre et cela fonctionne. 

Le fait que vous n’ayez pas à vous soucier d’autre chose que d’écrire réduit le risque de supprimer une bonne idée, comme il peut arriver lors de la technique du «brainstorming». Cela peut également vous aider lors de la rédaction dans une langue seconde alors que vous pouvez tout à fait utiliser des termes de votre langue maternelle pour constituer votre écriture.

Pour un temps déterminé, vous écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit, sans vous arrêter et sans penser au sens qui peut exister entre les mots, à la syntaxe ou à la grammaire. Tout se clarifiera plus tard, vous le verrez bien. Le but de cette étape est de vous mettre en action et d’éviter la réécriture (ou révision) d’un même paragraphe à l’infini.

Voici l’ordre des étapes à suivre :

  1. Se déconnecter d’Internet et de toute distraction
  2. Régler une minuterie  nombre de minutes qui vous convient (2, 5 ou même 10 minutes)
  3. Rédiger tout ce qui vous passe par la tête (pensée, émotion) pour toute la durée de la minuterie
  4. Continuer la rédaction sans s’arrêter.
  5. Éviter de réfléchir aux phrases ou aux oublis
  6. Arrêter la minuterie lorsque le temps imparti est terminé
  7. Relire le texte et souligner les mots ou groupes de mots importants que vous aimeriez intégrer à votre texte.

Rien de mieux pour avoir une page pleine!

Si rien ne vous convient, vous pouvez recommencer les étapes avec un thème annexe ou totalement différent.

Que vous soyez inspiré ou non lors de vos rédactions, c’est une excellente technique pour vous motiver à vous mettre à la tâche. Elle permet notamment de tout mettre ce qui se passe dans votre cerveau sur papier (ou dispositif électronique) et de bien commencer votre séance de rédaction.

Le plus important est d’entreprendre cette démarche sans vous mettre de pression, juste pour voir ce que cela donne et vous serez surpris des résultats. Il n’est pas toujours facile d’y arriver dès la première séance. Vous pouvez faire une deuxième séance quelques minutes après la première ou attendre quelques heures pour voir ce que cela donne.

N’hésitez pas à commenter cet article pour nous donner vos impressions ou nous parler de vos expériences en lien avec cette technique.


​Bonne rédaction!

Source : https://www.lynchburg.edu/academics/writing-center/wilmer-writing-center-online-writing-lab/drafting-a-document/freewriting-techniques/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *